L’animal, meilleur ami de l’enfant ?

Dans les films d’autrefois, les enfants avaient pour meilleurs amis de bon vieux toutous, tels que Lassie ou Rintintin. Des chiens fidèles, prêts à aller chercher du secours au moindre danger et à se mouiller les poils pour tirer leur maître des situations les plus périlleuses. Mais aujourd’hui, nos bambins choisissent comme camarades d’infortune des créatures de plus en plus improbables : orque, renard et autre pélican, pour n’en citer que quelques-unes.

Si la sortie en salles de l’Incroyable Histoire de Winter le dauphin ne bouleversera pas l’histoire du cinéma, elle aura au moins permis de démontrer que les films animaliers, principalement destinés au jeune public, exploitent tous les mêmes filons.

Les mésaventures de Winter, femelle dauphin grièvement blessée et privée de queue, rappellent, au détail près, celles du malheureux Willy, séparé de sa famille par de cruels braconniers. Tout commence par une scène de bonheur aquatique, où papa, maman et bébé dauphins s’amusent comme des fous au beau milieu des eaux cristallines. Et puis, c’est le drame : Winter croise le chemin d’un bateau de pêche et s’échoue sur une plage, prisonnière d’un casier à crabes. Un petit garçon lui vient en aide, faisant ainsi la rencontre d’une brave famille de soigneurs… Inutile de raconter le film de a à z pour comprendre que la ressemblance entre Willy et Winter est particulièrement troublante. Quand le gentil biologiste marin commence à raconter au gamin une vieille légende pour finir par lui offrir une statuette à l’effigie de son mammifère préféré, on aurait envie de crier au plagiait… Tant qu’à faire, pourquoi Charles Martin Smith n’a-t-il pas appelé son film « Sauvez Winter » ?

Quelle est donc cette recette « Willy » qui ne cesse d’être exploitée sans perdre pour autant en efficacité ?

Tout d’abord, il faut choisir un animal sauvage, mais pas trop quand même (étrangement, aucun enfant ne s’est jamais amouraché d’un requin ou d’un grizzli). Nicostratos le PélicanLe Renard et l’enfant, Sauvez Willy et Winter ont un défaut en commun : céder à l’anthropomorphisme. Si les renardes ne se laissent pas apprivoiser facilement, si Willy n’est pas toujours sympathique et menace d’ailleurs de croquer les marmots qui s’agglutinent contre la vitre de son aquarium, tous ces animaux disposent tout de même d’une incroyable sensibilité. Jamais ils ne poseront une patte (ou une nageoire) sur leur petit protégé.

Ensuite, le héros du film (généralement un petit garçon, parfois une petite fille) doit être malheureux, orphelin et/ou solitaire. Impossible de vous faire un copain à poils ou à plumes si vous en avez déjà plein la cour de récré ! Le Nouvel Obs avait évoqué cette question dans son article « Pour l’amour des nounous », qui démontre par a + b qu’un enfant dont les deux parents sont vivants et attentionnés ne vivra jamais de formidables aventures (dans la littérature, tout du moins).

Il faut d’ailleurs que l’amitié fusionnelle qui unit l’homme et la bête reste secrète pendant un temps. Ben oui, c’est tellement plus palpitant !

Et surtout, le protagoniste doit être à l’aube de l’adolescence (avoir entre 10 et 13 ans), car c’est l’âge où l’on devient un « Homme ». Pour Jessie et Sawyer, il est encore temps d’arrêter de faire des bêtises (sécher l’école ou faire des graffitis sur les murs) pour rentrer dans le droit chemin, par exemple en aidant son prochain. Même si le prochain en question n’est pas un être humain…

On pourrait ajouter à cela d’autres détails, comme le fait que ces héros en herbe sont le plus souvent de véritables éco-citoyens : ils se déplacent uniquement à vélo, passent la majeure partie de leur temps à parcourir la forêt ou à barboter dans l’eau, et ne sont pas du genre à réclamer un scooter pour leur anniversaire ou à perdre leur temps devant des jeux vidéo. Pour eux, c’est nature, nature, et encore nature.

Bon, et puis si ça marche, après tout…

Camille P.

Publicités
Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s