Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme

Henri-Edmond Cross, La Mer clapotante, v.1902-1905 collection particulière. © DR

Soyons honnêtes, le nom d’Henri-Edmond Cross vous est-il familier ? « Oublié quelque part entre Seurat et Matisse », pour reprendre les termes de Françoise Baliguant, cet autre Delacroix (il s’attribua lui-même le nom de Cross pour ne pas être malencontreusement confondu avec l’auteur de La Liberté guidant le peuple) n’a pas connu la célébrité de son homonyme. Il suffit de consulter l’article Wikipédia qui lui est consacré pour se rendre compte du peu de cas que les internautes lambda font de cet artiste français.

Afin de rendre justice à son talent et de porter un regard neuf sur la peinture française de la toute fin du XIXe siècle, une solution : foncer voir l’exposition « Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse » au Musée Marmottan Monet. Cette dernière présente l’évolution chronologique de l’œuvre de Cross (1856 – 1910), au crépuscule du XIXe siècle et à l’aube du XXe, tout en mettant en évidence ses relations avec Seurat, Signac, Manguin ou encore Matisse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De 1880 à 1910, de Paris à Saint-Tropez, du pointillisme au fauvisme, cette exposition aussi fluide que fascinante retrace les expériences artistiques de toute une génération. On imagine déjà les grimaces condescendantes des détracteurs du divisionnisme, technique souvent jugée superflue, décorative, voire même mièvre. Qu’ils se rassurent : Cross n’était nullement un apôtre de Seurat. Il s’affranchira d’ailleurs du pointillisme pour laisser place à une explosion de couleurs audacieuse, fruit d’une rencontre fortuite avec Matisse et ses compères.

Outre les toiles et aquarelles rassemblées pour l’occasion, l’exposition présente des croquis et affiches publicitaires (pour le Salon des indépendants, notamment) qui témoignent d’une aventure riche en rebondissements : celle de l’art moderne.

Camille P.

Exposition « Henri Edmond Cross et le néo-impressionnisme. De Seurat à Matisse », jusqu’au 19 février 2012 au musée Marmottan-Monet, 2, rue Louis Boilly, Paris 16e

Publicités
Cet article a été publié dans Expos. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s