Richard Yates, de Tao Lin

ImageQue penser de ce roman, considéré comme La découverte incontournable de cette rentrée littéraire ? Dès sa parution, la critique s’en est pâmée et n’a plus tari d’éloges, pourtant l’ouvrage a de quoi laisser perplexe.

Dans un style laconique, Tao Lin se veut le représentant de la e-generation. Ses personnages, aux noms d’acteurs hollywoodiens (parce que l’auteur « n’avait simplement pas envie d’inventer des noms »), échangent par le biais du « chat gmail ». Ils partagent virtuellement leur solitude et leur mal-être bien réels.

Pourquoi « Richard Yates » ? Simplement parce que cet auteur est mentionné cinq ou six fois dans le texte. « Quand j’écris un email très long, avec beaucoup de choses différentes dedans, je réfléchis à lui donner un « objet » », explique Tao Lin dans un entretien accordé au site Fluctuat« Si je ne veux mettre l’accent sur aucune partie de l’email, […], alors je choisis quelque chose qui apparaît dans l’email. C’est l’ »objet ». » De ce fait, sans aucun rapport direct avec l’intrigue, Richard Yates devient l’objet du livre.

Lire la suite sur le blog de Clémentine Baron

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s