Du Domaine des murmures

« Je suis l’ombre qui cause. Je suis celle qui s’est volontairement clôturée pour tenter d’exister. Je suis la vierge des Murmures. » En 1187, la jeune Esclarmonde renonce au mariage pour se consacrer à Dieu. Bravant la volonté paternelle, elle décide de s’emmurer vivante dans une cellule attenante à la chapelle du domaine des Murmures. Depuis la fenestrelle de sa prison, elle observe le monde qui l’entoure, recueille les confessions des villageois et des pèlerins, se forge une réputation de sainte… Mais est-elle vraiment seule dans son antre de pierre ?

Quatre ans après Le Cœur cousu, Carole Martinez signe un second roman captivant et poétique, qui témoigne une fois encore de sa fascination pour « la matière féminine ». Les jouvencelles du Moyen-âge ont remplacé les fières andalouses du XIXe siècle, mais les deux récits semblent taillés dans un même bloc de pierre : l’auteur laisse libre cours à son imagination, puisant dans les mythes et les légendes pour mieux questionner le sort des femmes à travers les âges. Magiciennes, sorcières, saintes, fées… Elle dépeint des créatures à la fois mystiques et sensuelles, baignées dans un climat onirique.

Mais elle aime surtout les « femmes à culotte », parvenues à s’émanciper de l’ordre masculin. « Il me semblait parfois que les Murmures s’étaient définitivement dégagés du pouvoir des hommes », s’étonne la recluse. En refusant d’épouser un seigneur qu’elle honnit, Esclarmonde brise les chaînes du silence et accède au pouvoir : son emprisonnement a la douceur d’une libération. Ce sacrifice n’est pas sans rappeler celui de Frasquita Carasco, l’héroïne du Cœur cousu. Jouée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs, elle avait décidé de déserter la couche nuptiale et de partir sur les routes d’Espagne, avec sa tripotée d’enfants comme seul viatique.  « Toutes ces histoires nous disent que les hommes sont des salauds et que les femmes doivent tenir les cordons de la bourse, reconnaît Carole Martinez, amusée. Mais les deux livres aboutissent à une réconciliation entre les sexes. »

L’enfermement d’Esclarmonde n’est jamais un obstacle à l’enchantement du lecteur. Peu soucieuse de la réalité historique, l’auteur construit un récit riche en rebondissements, où la violence flirte avec le merveilleux. Comme tous les contes, Du Domaine des murmures étonne par sa modernité : le désir, la maternité, l’inégalité des sexes y sont traités avec finesse et pertinence. Carole Martinez tisse un lien entre le lecteur d’aujourd’hui et la captive d’autrefois, dont la voix nous guide à travers le temps et l’espace. C’est avec une spontanéité enfantine que nous nous laissons entrainer dans ce curieux voyage. « Le conte est difficile à croire, disait Charles Perrault. Mais tant que dans le monde on aura des enfants, des mères et des mères-grands, on en gardera la mémoire. »

Camille P.

Du domaine des murmures, Gallimard, 2011

Le Coeur cousu, Folio, 2007

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s