Starbuck

Comment être un bon père de famille quand on a 533 bouches à nourrir ? Réponse dans ce « feel-good movie » amusant mais sans surprise.

« Vous avez là tout le matériel nécessaire », explique une infirmière à un jeunot embarrassé, tout en lui tendant une éprouvette et des revues pornos. Le gringalet étudie les photos cochonnes avec perplexité, essaie vainement de s’exciter, puis renonce. Il se contente alors de feuilleter le magazine comme le ferait une mamie rabougrie dans la salle d’attente d’un dentiste. A la fois euphorisante et culottée, cette première scène laissait présager le meilleur : une comédie audacieuse, voire franchement révolutionnaire, sur le thème de la paternité et du don de sperme.

David Wozniak (le gamin du début), a passé le cap de la quarantaine mais vit toujours comme un ado attardé. Engoncé dans un T-shirt Avengers surmonté d’une veste de survêtement difforme, il donne un coup de main à la boucherie familiale et cultive de l’herbe pour arrondir ses fins de mois. Il va et vient au volant de sa camionnette miteuse, entre une famille qui l’humilie, une petite-copine enceinte et une bande de mafiosos à qui il doit une somme astronomique. De l’avis général, c’est un raté, un type tristement prévisible. Qu’a-t-il fait de sa vie ? Eh ben, il a donné son sperme. Souvent. Très souvent. Vingt ans après les faits, il apprend qu’il serait le géniteur de 533 enfants. Tabernacle !

Le loser de service tente d’abord d’étouffer sa paternité dans l’oeuf, puis décide de faire face à son destin hors-du-commun en jouant les papas-poules. Il retrouve la trace de ses rejetons et les encourage, maladroitement, à accomplir leurs rêves. Après Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, voici donc un deuxième guide à l’attention des apprentis anges-gardiens. Rassurez-vous, aider son prochain, ce n’est pas si compliqué : encouragez un jeune acteur à passer l’audition de sa vie, empêchez une jolie junkie de se camer nuit et jour, applaudissez un musicien qui s’égosille dans le métro et le tour est joué. Mais les choses se compliquent lorsque David doit avouer à ses petits protégés sa véritable identité ainsi que son passé de donneur de sperme compulsif…

Lire la suite sur Il était une fois le cinéma

Camille P.

Advertisements
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s