Rebelle, pas si Rebelle que ça ?

Merida se distingue-t-elle vraiment des autres héroïnes Disney/Pixar ?

« Au royaume enchanté de Disney, la princesse est une institution qui a fait rêver des générations de petites filles », affirme Julien Welter dans L’Express. Blanche-Neige, Cendrillon, Aurore, Ariel, Belle, Jasmine, Pocahontas, Mulan, Tiana, Giselle, Raiponce… Toutes ces demoiselles auraient consacré leur existence à « chercher le Prince Charmant ».

C’est effectivement ce que les journalistes nous répètent, depuis la sortie en salles de Rebelle, la dernière perle des studios Pixar. Merida, jeune écossaise aux cheveux bouclés et au tempérament bien trempé, serait la première héroïne émancipée de l’univers Disney. « Franchement, si vous regardez autour de vous, les jeunes filles d’aujourd’hui ne se préoccupent plus du tout du mariage, explique Katherine Sarafian, productrice du film. Leurs ambitions de vie sont ailleurs. Comme elles, Merida veut s’accomplir par elle-même ». La demoiselle n’est pas du genre à cuisiner, à faire la vaisselle ou à balayer le parquet en chantonnant. « Et elle ne fait pas non plus amie-amie avec les mignons petits animaux de la forêt », ironise le metteur en scène du film, Mark Andrews.

Face à tant d’enthousiasme, on aurait envie de mettre le holà. Tout d’abord, Merida n’est pas la première à refuser le mariage et à préférer l’art de la guerre aux activités domestiques. Une autre « princesse » – injustement qualifiée de la sorte par Julien Welter – a démontré, par le passé, que le tir à l’arc et le maniement de l’épée n’étaient pas réservés aux seuls « mâles ». Mulan, ça ne vous dit rien ? Inspiré non pas d’un conte de fées mais d’une légende chinoise, le 36e « classique d’animation » des studios Disney (1998) met en scène une jeune fille insoumise et vaillante qui n’a pas particulièrement envie de se faire passer la bague au doigt. Elle décide donc de « changer son destin » en endossant l’armure de son père pour combattre les Huns à sa place. Et si elle n’est pas insensible aux charmes du beau Shang (qui est, avouons-le, bien plus séduisant que les prétendants de Merida), elle ne l’épouse pas à la fin du film. Eh non !

Selon Mark Andrews et Katherine Sarafian, Rebelle parviendrait à s’affranchir de certains « codes narratifs » qu’on croyait gravés dans le marbre : la rencontre de l’être aimé, l’affrontement du méchant et le bonheur conjugal. Merida serait « un personnage contemporain par son caractère et ses comportements », « mue par ses conflits intérieurs et à l’origine de ses problèmes », assurent-ils. Certes. Mais dans les faits, la jolie rouquine ne fait que suivre un parcours initiatique : elle affronte des épreuves – crapahutage dans les bois, pression parentale, peur de se faire dévorer par un méchant nounours – qui lui permettent de gagner en maturité. 95 minutes plus tard, elle sait enfin « qui elle est ». Rien de bien audacieux là-dedans. Tiana, la jolie serveuse de La Princesse et la Grenouille, ne prenait-elle pas son destin en mains en bâtissant le restaurant de ses rêves ? Pocahontas ne finissait-elle pas par affirmer sa personnalité en refusant l’époux que voulait lui imposer son père ? Merida est peut-être exceptionnelle si on la compare à Blanche-Neige (1937), mais en réalité, elle ne fait que participer à un mouvement d’émancipation des héroïnes Disney amorcé il y a plusieurs décennies déjà.

Lire la suite sur Il était une fois le cinéma

Camille P.

Advertisements
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rebelle, pas si Rebelle que ça ?

  1. Faerie dit :

    Oui, je suis d’accord. Ça fait déjà quelques temps que les princesses n’attendent plus en dormant le valeureux prince. Néanmoins on peut noter l’absence totale d’histoire d’amour dans Rebelle, si ce n’est l’amour familial, ce qui change. Mais globalement, ce Disney ne sera pas l’un de mes favoris, je suis un peu déçue avec La Princesse et la Grenouille et Raiponce. Est-ce dû à la quasi absence de chansons (tout le charme des Disney) ? Le manque d’un réel adjuvant sympathique (le cheval n’a pas de personnalité, les petits frères restent assez effacés)?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s